Table of Contents Table of Contents
Previous Page  12 / 20 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 12 / 20 Next Page
Page Background

PAROLE DE CERTIFIÉS

Pourquoi avez-vous engagé l’AFOCG 31

dans la démarche qualité initiée par

VIVEA ?

Pour deux raisons. La première c’est que

nous sentions une pression sociale en

faveur de la certification : c’est un enjeu

fort, à terme il pourrait ne subsister que

des organismes certifiés. La deuxième,

c’est que nous avions besoin de réfléchir

à nos pratiques, de développer notre

activité, et avec l’arrivée prévue de

nouveaux animateurs, il était nécessaire

de formaliser pour transmettre. Nous

avions aussi conscience qu’il fallait mettre

nos données en réseau et pour cela

nous avions besoin de les structurer pour

pouvoir les partager et donc de réfléchir

à une architecture.

La proposition de VIVEA était donc

pour nous une opportunité de franchir le

pas, ce que Conseil d’administration et

formateurs ont conjointement décidé de

faire. Nous nous sommes donc engagés

dans la démarche qualité VIVEA il y a 4

ans. Cette démarche VIVEA nous a d’une

part apporté un cadre qui nous a permis

de ne pas avoir à faire tout tout seul, et

d’autre part un soutien financier bienvenu

au regard de l’investissement en temps à

réaliser.

Comment s’est passée la mise en place ?

Nous nous sommes engagés de manière

collective avec 6 autres AFOCG. Des

journées de formation ont été organisées

avec le cabinet 4AS ainsi que des

journées d’échanges sur les outils. C’était

très important d’être ensemble car nous

sommes des petites structures et nous

nous sommes réparties les taches. C’était

un travail collectif, nous avons construit

ensemble nos outils et nos procédures.

En quoi la certification a modifié

vos pratiques de formation et votre

organisation ?

Aujourd’hui nous informons mieux les

agriculteurs adhérents sur les formations,

nous décrivons mieux leur contenu.

L’envoi des invitations est formalisé, les

délais sont systématiquement respectés.

On remet à chaque fois un support en fin

de formation. De plus, grâce à la mise en

réseau de l’ensemble des contenus des

formations entre les formateurs, nous

avons harmonisé les contenus.

Nous avons fait évoluer notre organisation.

Nous avons mis en réseau, capitalisé,

structuré toute notre documentation

(supports, de formation, comptes rendus,

budget…). Nous avons mis en commun

ce que chacun avait sur son poste et

avons mis en place un espace collaboratif,

chacun a désormais accès à tout et peut

tout modifier. Cela nous permet d’enrichir

continuellement toutes les données.

Ça facilite notre travail.

Les membres de l’équipe ont gagné en

autonomie. Nous avons formalisé des outils

et procédures, l’assistante n’a plus besoin

de nous solliciter, elle a tout à disposition.

C’est aussi vrai pour les nouveaux. Quatre

nouvelles personnes ont intégré l’AFOCG

depuis 4 ans, la démarche qualité a facilité

la prise en main de leur poste.

Quel bilan faites-vous aujourd’hui ?

Ce qui a le plus changé c’est la qualité

de notre façon de travailler et de notre

organisation. Nos formations sont restées

les mêmes mais nous avons amélioré

le service à nos adhérents : nous les

informons mieux.

Envisagez-vous de nouvelles pistes

d’amélioration ?

Depuis 4 ans, nous avons continué

d’améliorer les outils élaborés avec les

autres AFOCG sur tableur. Mais des

fonctionnements sont insatisfaisantes,

notamment le manque de liens entre

certains types de données. Aussi, nous

allons évaluer l’intérêt d’adopter un logiciel

de gestion adapté aux organismes de

formation.

Nous sommes aussi en train de repenser

l’architecture de classement de nos

supports de formation et avons déjà

commencé à mutualiser ces documents

avec les autres AFOCG.

Propos recueillis

par Cécile Ghiringhelli,

responsable communication

L’AFOCG 31 (Association de formations

collectives à la gestion) regroupe 250

agriculteurs adhérents. Elle fait partie du

réseau de l’Inter-AFOCG, elle emploie 5

personnes, 1 assistante et 4 animateurs

formateurs dont Geneviève Declercq.

Interview de Geneviève

Declercq animatrice formatrice

à l’AFOCG de Haute-Garonne.

Nous sentions une

pression sociale en faveur

de la certification

Nous avons amélioré

le service à nos adhérents

La plus value de la démarche qualité

Collaboration, coopération

Autonomie des personnes

Capitalisation et structuration