• Président-es des comités VIVEA

    Jean-Yves MAIRE
    Président du comité territorial de Franche-Comté

    Christine BOISSARD
    Présidente du comité territorial de Bourgogne


  • Chiffres clés et rapports d’activité
    Bourgogne Franche-Comté
    Chiffres clés 2016
    Femmes Hommes Total
    Nombre de contributeur-trices 8 718 26 718 35 617
    Nombre de bénéficiaires de formation 1 255 4 256 5 513
    Taux d’accès à la formation (bénéficiaires/contributeurs) 14,40% 15,8% 15,15%
    Nombre de stagiaires 2 277 6 491 8 768
    Nombre d’heures/stagiaire financées 32 517 86 391 118908

    Consulter le rapport d’activité 2016 Bourgogne Franche-Comté en cliquant ici

  • Appels d'offres et Cahiers des Charges

    CONSULTEZ L’APPEL D’OFFRES PERMANENT (AOP) DU COMITÉ EN CLIQUANT ICI

    Appels d’offres cofinancés

    Titre   Extrait   PDF  Lieu  
    FEADER Bourgogne 2017      Bourgogne  
    FEADER Franche-Comté 2017      Franche-Comté  
    FEADER Bourgogne 2016      Bourgogne  

    Cahiers des charges VIVEA 

    Titre   Extrait   PDF  Lieu  
    "Transmission-Cessation, accompagner le changement" Bourgogne Franche-Comté 2017        
    "Triple performance des systèmes agricoles" Bourgogne Franche-Comté 2017        
    Dématérialisation des registres de cave – 2016-2018      Bourgogne  
  • Etudes et Projets

     Plans de développement de la formation régionaux

    Titre   Extrait   PDF  Lieu  
    Plan de développement de la formation en Franche-Comté 2016-2018      Franche-Comté  
    Plan de développement de la formation en Bourgogne 2016-2018      Bourgogne  

    Etudes : viticulteurs, agriculteurs installés en diversification, agriculteurs à mi-carrière

    Titre   Extrait   PDF  Lieu  
    Plan de développement de la formation Bourgogne 2017      Bourgogne  
    Plan de développement de la formation en Franche-Comté 2017      Franche Comté  
    Evaluation des formations réalisées dans le cadre du CDC "Optimiser les facteurs de production" 2016      Franche-Comté  
    Besoins en information technique et formation des viticultrices et viticulteurs - Rapport final étude - 2016      Bourgogne  
    Besoins en information technique et formation des viticultrices et viticulteurs - Diaporama restitution étude - 2016      Bourgogne  
    Besoins en formation technique et information des viticulteurs - Synthèse étude - 2016      Bourgogne  
    Analyse des besoins en compétences des viticulteurs - Etude 2015      Bourgogne  
    Agriculteurs-trices installés-es en diversification depuis 5 ans : Quel accompagnement ? - 2014      Franche-Comté  
    Agriculteurs-trices installés-es en diversification depuis 5 ans : Quel accompagnement ? Synthèse de l'étude :      Franche-Comté  
    Agriculteurs à mi-carrière - rapport - 2013      Bourgogne  
    Agriculteurs à mi carrière - synthèse étude - 2013      Bourgogne  
  • Nous contacter

    Délégation Est
    12 rue de Franche-Comté
    Valparc
    Espace Valentin Est
    25480 ECOLE VALENTIN
    Tél: 03.81.47.47.41
    Fax: 03.81.47.47.42

    Déléguée
    Catherine CARRY

    Assistante
    Nathalie BONNAMY
    03.81.47.47.41

    Conseillère
    Delphine CUVILLIER
    Départements 58,71 et 89
    06.77.80.31.42

    Conseillère
    Sylvie HUMBLOT
    Départements 21,25 et 39
    06.77.15.55.93

    Conseiller
    Michel CORBIN
    Départements 70 et 90
    06.75.66.49.11

Notre actualité en région Bourgogne – Franche-Comté

ACCOMPAGNEMENT DES AGRICULTEURS FRAGILISÉS : VIVEA MET EN OEUVRE PLUSIEURS DISPOSITIFS

Actu Bourgogne

VIVEA met en œuvre plusieurs dispositifs d’accompagnement des agriculteurs fragilisés : congé formation, conseil en évolution professionnelle, financement des formations à la reconversion…

Vous trouverez en cliquant ici  une présentation synthétique de l’ensemble des dispositifs d’accompagnement,  ainsi que le détail pour chacun.

Tous les documents sont téléchargeables et peuvent être relayés aux personnes potentiellement intéressées.

Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information.

Delphine CUVILLIER et Sylvie HUMBLOT, conseillères Bourgogne Franche-Comté

Juin 2017

L’AGROFORESTERIE : UNE THÉMATIQUE NOUVELLE QUI MOBILISE LES AGRICULTEURS

Bourgogne-B.-Raynal

Cet hiver, pour la première fois, des formations en agroforesterie sont organisées en Bourgogne Franche-Comté par les organismes de formation qui répondent ainsi à une demande d’agriculteurs jusque-là non traitée.

Ces 2 formations s’inscrivent dans le cahier des charges « Triple performance-Agroécologie » impulsé par les élus VIVEA. Ce dispositif donne les moyens financiers aux centres de formation d’innover et de s’entourer de compétences variées.

 

Des formations ambitieuses

Avec 4 jours de formation pour le CFPPA de Montmorot et 3 jours plus un temps individualisé en exploitation pour BIO BOURGOGNE, les centres de formation ont bâti des programmes très complets qui allient temps d’apport de connaissance et travail sur les projets des participants.

Céréaliers, éleveurs, maraichers en production bio ou conventionnelle, les 28 stagiaires inscrits s'intéressent au sujet depuis plusieurs années. Grâce à la formation, ils étudient concrètement la mise en œuvre de l'agroforesterie sur une partie de leur exploitation.

Les apports des intervenants, l’animation active et participative basée sur les projets des participants, les échanges entre pairs, ont permis à chaque stagiaire de définir un plan d’action concret.

Lors des tours de table réalisés en fin de formation, les stagiaires se disent très satisfaits et, pour la majorité d’entre eux, prêts à se lancer concrètement dans l’agroforesterie.

Sylvie HUMBLOT, Conseillère VIVEA

Rencontre et témoignage

Un lieu vivant, productif où l’on se sente bien par Bénédicte Raynal, productrice de fruits bio à Mouchard  (voir photo)

« Je suis productrice de fruits bio sur Mouchard, et je souhaite diversifier ma production avec des abricotiers, châtaigniers, myrtilliers, etc. tout en créant un lieu de travail productif et écosystémique. J’aimerais créer un lieu où on se sente bien pour accueillir des gens pour de la collecte et se faire plaisir. L’idée est également de pouvoir montrer aux collègues, au grand public, aux écoles qu’il est possible de produire en agroforesterie et de créer des écosystèmes productifs et respectueux de l’environnement.

C’est pour mener à bien ce projet que je me suis inscrite à cette formation.

Une formation enrichissante

La visite du formateur, au cours de la formation, m’a confortée dans le fait que mon projet est réalisable, car je m’interrogeais sur la partie technique concernant la nature des sols et je remettais en question mon activité, cela m’a bien remotivée.

Cette formation m’a permis d’approfondir la question des espèces adaptées aux conditions pédoclimatiques du Jura et celle des itinéraires techniques. Elle m’a conforté dans le fait qu’en agriculture il est possible de produire de façon intensive en respectant les sols et l’environnement ce qui est important pour moi.

Un projet qui se concrétise

Je souhaite aller plus loin dans la démarche agroforestière et m’appuyer au maximum sur des éléments de biodiversité fonctionnelle. Ces systèmes de production étant complexes, j’ai besoin d’apprendre encore d’avantage sur les techniques permettant de créer un environnement de travail productif et agréable.

Le système agroforestier que je souhaite mettre en place doit pouvoir être autonome le plus vite possible afin de rapidement diminuer la charge de travail qui est extrêmement intense depuis son installation en 2012.

Cette année je me suis formée également en permaculture et ces 2 formations se complètent bien, je vais ainsi combiner les connaissances acquises. »

Mai 2017

UN PAS VERS LA DIGITALISATION DES FORMATIONS

Photo témoignages Edith CORNU et Jane RAPHANAUD
  

VIVEA souhaite moderniser les formations en développant des formations «mixtes digitales » plus adaptées et attractives pour les agriculteurs. Une étude conduite en 2016  (VIVEA – BIVB) a montré l’intérêt des viticulteurs de Bourgogne pour explorer les modalités pédagogiques en phase avec la révolution numérique.

Pour suivre ces mutations, la Chambre d’Agriculture de Côte d’Or propose désormais des formations alliant présentiel et distanciel. Illustration par le témoignage de viticultrices ayant suivi une formation à l’anglais viticole.

 
 

Apprendre l'anglais viticole à son rythme

« J’ai appris l’anglais “ scolaire“ mais j’avais besoin de me remettre à niveau et d’acquérir du vocabulaire professionnel afin d’être plus à l’aise dans les échanges.

La période de janvier à mars permet de se libérer et le calendrier, à raison d’ ½ journée par semaine, était parfaitement adapté.

Les temps de travail à distance m’ont permis de ne pas me déconnecter entre les journées de formation en salle et j’ai pu travailler lorsque j’étais disponible. Je suis déjà plus à l’aise dans les mails envoyés et le fait de participer avec d’autres viticulteurs avec des niveaux d’anglais différents m’a tirée vers le haut ».

Jane RAPHANAUD, viticultrice à Gevrey Chambertin

« Lorsque je suis à la cave avec des clients allemands, hollandais, japonais qui parlent anglais, j’ai envie d’expliquer beaucoup de choses mais je suis incapable de dire ce que je veux et les échanges sont trop limités à mon goût.

Le temps à distance me permet de m’octroyer le temps qu’il faut. Le professeur corrige nos écrits que nous reprenons tous ensemble en salle : c’est bien fichu. Nous sommes un petit groupe de stagiaires ce qui permet d’échanger. Je prends de l’assurance et j’ose plus facilement parler. Depuis le début de la formation, cela fait deux fois que je reçois des Anglais et je sens que je progresse. »

Edith CORNU, viticultrice à Ladoix-Serrigny

30/03/2017

 
En photo : Edith CORNU (à gauche), et Jane RAPHANAUD

BILAN DE COMPÉTENCES : PRÉPARER UN CHANGEMENT DANS VOTRE VIE PROFESSIONNELLE

photo clés

Trop peu d’agriculteurs et d’agricultrices recourent au bilan de compétences. Pourtant, cet accompagnement d’une vingtaine d’heures, utile à chaque étape importante de votre carrière, gagne à être connu.

Un temps pour se donner de nouvelles pistes

« J’étais jusqu’alors exploitante agricole en EARL avec mon conjoint qui avait prévu de prendre sa retraite fin 2016. Il y a 18 mois, j’ai voulu faire un point sur mon avenir et ma future carrière professionnelle. J’ai choisi de faire un bilan de compétences financé par VIVEA.

Le bilan de compétences est là pour réfléchir sur le parcours que l’on veut se donner plus tard, vers une réorientation professionnelle non agricole ou vers un autre projet agricole, y compris sur la même exploitation. Pour ma part, il m’a permis de me donner de nouvelles pistes. On se doit de prendre ce temps - une vingtaine d’heures seulement- à un moment où l’on se pose des questions.

Ce dispositif m’a permis de me remettre en cause mais aussi de se reprendre confiance en moi, avec l’appui d’un accompagnateur qui a su faire en sorte que ce bilan soit le plus positif possible.

J’ai depuis suivi une formation de secrétaire de mairie remplaçante. Aujourd’hui, j’ai un poste en mairie.

 J’invite chaque agriculteur et agricultrice à recourir à un bilan de compétences, pas seulement en cas de situation difficile, mais aussi pour faire un point sur soi-même à n’importe quel moment de la vie ».

Marie-Odile MORIN, agricultrice en Saône-et-Loire.

 Une vidéo est à votre disposition pour plus de détails 

27 mars 2017

Crédit photo : Jérôme Rommé – Fotolia.com

UN NOUVEAU CAHIER DES CHARGES « TRANSMISSION-CESSATION, ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT » 2017

happy farmer after harvest of corn

Les élus VIVEA de la région souhaitent mieux accompagner les exploitants devant céder leur exploitation à l’approche de la retraite ou d’une cessation anticipée.
Ils veulent impulser la mise en place de formations permettant aux cédants d’être des acteurs avisés dans la conduite de leur projet de cessation d’activité en abordant notamment la dimension « humaine » de la transmission.
Découvrez le cahier des charges : CDC transmission -Cessation -2017

Pour toute question ou besoin pour vous aider à construire votre action de formation, vos conseillers VIVEA sont disponibles.

Crédit photo : Humains Dusan Kostic - Fotolia

14/02/2017

LES PLANS D'ACTION 2017 POUR DÉVELOPPER LA FORMATION EN BOURGOGNE FRANCHE COMTÉ SONT DISPONIBLES

IMG_6110

En lien avec la conjoncture actuelle et pour mettre en œuvre les orientations stratégiques inscrites dans le plan de développement de la formation 2016-2018, les élus des comités territoriaux VIVEA de la région Bourgogne Franche-Comté ont défini les projets prioritaires et les thèmes sur lesquels ils souhaitent travailler en 2017.

Les actions retenues se traduisent par la mise en place de cahiers des charges et la mobilisation de ressources dans le but d'améliorer l'accompagnement formation des contributeurs de Bourgogne Franche-Comté.

Pour les consulter cliquez ci-dessous :

Plan d'action Bourgogne 2017

Plan d'action Franche-Comté 2017

FORMATIONS POUR OPTIMISER LES FACTEURS DE PRODUCTION ET MIEUX UTILISER LES PRODUITS PHYTOSANITAIRES : DES STAGIAIRES TRÈS SATISFAITS !

Franche comte

Le cahier des charges « Optimiser les facteurs de production- Mieux utiliser les produits phytosanitaires » lancé fin 2014 par le comité VIVEA de Franche-Comté se termine et 32 formations se sont réalisées dans ce cadre.

Un questionnaire d’évaluation en ligne a été envoyé aux stagiaires ayant participé aux formations. Découvrez les résultats de ces évaluations :

  • 98 % des stagiaires ont acquis des connaissances nouvelles notamment sur le fonctionnement du sol et des plantes (59 %) ;
  • 86 % ont opéré des changements dans leurs pratiques professionnelles ;
  • 78% des agriculteurs pensent pouvoir encore améliorer leurs pratiques concernant l’utilisation de produits phytosanitaires ;
  • 100 % recommandent la formation à leurs collègues.

Le document ci-joint synthétise leurs réponses et donne des pistes pour des suites. Il conforte VIVEA dans son rôle d’orientation de l’offre de formation.

Sylvie HUMBLOT, conseillère VIVEA

22 /09/2016



Partager sur les réseaux sociaux :
Par Mail :

Partager par email