Table of Contents Table of Contents
Previous Page  9 / 20 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 9 / 20 Next Page
Page Background

9

VIVE’

Actu

// #9 • février 2016

TERRITOIRES

Des difficultés pour mobiliser les éleveurs

Le comité VIVEA haut-normand pour qui

l’élevage est une priorité, comptait s’appuyer

sur le cahier des charges national « Efficacité

technique - Compétitivité économique » lancé

en 2011 pour développer les formations.

Celui-ci répondait très exactement aux

besoins en compétences repérés, l’objectif

affiché était en effet de conforter et/

ou développer la culture économique et

l’autonomie de décision des éleveurs de

bovins viande, à travers l’analyse de leurs

coûts de production. Pour autant, depuis

2012, très peu de personnes ont été formées,

les organismes de formation arguant de

la difficulté à recruter des stagiaires pour

une formation traitant du revenu, dans un

contexte de crise de l’élevage.

Créer une nouvelle dynamique

Conscient de la fragilité de la filière bovins

viande haute-normande, avec 15% des

élevages allaitants menacés de disparition

à court terme, les élus VIVEAont décidé de

proroger à un niveau régional le cahier des

charges pour l’année 2016. Ils souhaitaient

pour cela trouver des organismes capables,

par leurs compétences et leur pouvoir

de mobilisation, de monter une action

de formation pilote. Ils pourraient ainsi

construire à partir de l’évaluation de cette

action pilote, un dispositif régional adapté

aux besoins des éleveurs hauts-normands.

La mise en place d’un partenariat

Partageant l’analyse de VIVEA et mis

en relation par son intermédiaire, la

Coopérative CAP’SEINE et le CER France

Seine Normandie ont décidé de se lancer

ensemble dans le projet. Leur partenariat

débouchera en 2016 sur une formation

pilote de 12 éleveurs de bovins disposant

au sein de leur exploitation d’un atelier

allaitant (voir encadré).

À l’issue de cette formation, une étude

sera menée auprès des stagiaires afin

de mesurer « à froid » leur satisfaction

pour pouvoir apporter, si nécessaire, des

mesures correctives avant le déploiement

vers un nombre plus conséquent d’éleveurs.

Pascal Tapin, conseiller Haute-Normandie

(1) Atelier élevage, frais vétérinaires, investissement sur du matériel agricole, achat de produits phytosanitaires.

Une action de formation pilote

pour accompagner les éleveurs de bovins viande

L’élevage de bovins enHaute-Normandie se caractérise par une nette prédominance desmodèles

alliant polyculture et élevage, au contraire de la Basse-Normandie où le système herbagé est

majoritaire. Les éleveurs de bovins viande de cette région ont besoin de compétences spécifiques

car ils mènent deux activités complémentaires qui génèrent des coûts structurels élevés

1

. Pour le

comité VIVEA, il est indispensable qu’ils soient en capacité de mener une analyse fine de leurs

coûts de production qui leur permette également de comprendre les sources d’optimisation

technico-économique de leur élevage et d’en améliorer la compétitivité.

La Haute-Normandie compte

12248 chefs d’entreprise

agricole (ou conjoints),

dont 20 % avec une orientation

technico-économique

« bovins viande » ou mixte

« viande et lait ».

LA FORMATION PILOTE : UN PARCOURS EN DEUX TEMPS

Analyse des composantes techniques d’un atelier allaitant qui ont le plus d’incidences économiques

(l’optimisation des

bâtiments pour améliorer les conditions de travail, la gestion du vêlage, l’alimentation des animaux…), afin que les éleveurs

soient en capacité d’auditer la performance de leur atelier (auto-diagnotic).

Le groupe d’éleveurs travaille sur des axes d’améliorations

qui permettront l’optimisation du pilotage technico-économique

de leur atelier.