Table of Contents Table of Contents
Previous Page  16 / 20 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 16 / 20 Next Page
Page Background

On peut noter un grand écart entre

le besoin exprimé :

« Nous avons des

besoins importants d’information et de

formation afin de nous adapter, car notre

métier est en forte évolution (plus complexe,

plus exigeant, supposant une mise à

niveau permanente) »

et la réalité :

le temps

consacré à l’information et à la formation

(voir schéma).

La perception majoritaire est qu’il n’y a

pas trop de décalage sur le fond

(sauf

exception)

entre l’offre proposée par les

organismes de formation et les besoins

des vignerons.

Les viticulteurs n’attendent pas que l’on

traite des sujets différents en formation et

en information technique, les attentes sont

identiques.

1

LES BESOINS DES VITICULTEURS

La moitié des viticulteurs interrogés

consacre

1 à 2 jours par an à la formation, et 17% d’entre eux

se forment au moins 3 jours par an.

TEMPS ANNUELLEMENT CONSACRÉ À LA FORMATION (EN JOURS)

LES BESOINS DES VITICULTEURS PAR THÉMATIQUE

ÉTUDE

0

Jours

1

2

3

4

5

27,01% 27,74%

23,36%

7,30%

3,65%

5,84%

Conduite de la vigne

Meilleure gestion

des traitements

34,53%

36,69%

Management, gestion

des ressources humaines

22,30%

Stratégie et gestion

d’entreprise

36,69%

Approches commerciales

31,65%

Conversion au bio

16,55%

Vinification / Œnologie

30,22%

Travail du sol

50,36%

Maladie de dépérissement

de la vigne

66,91%

Quel que soit l’âge, la zonegéographique

et le sexe

l’intérêt porté à la formation ou

l’information technique et les modalités

d’accès est le même.

Les viticulteurs n’ont pas de démarche

structurée ou organisée de recherche ni

un accès optimisé à l’information ou à la

formation.

Seuls 55%

des viticulteurs estiment

bien connaître l’offre de formation,

les

meilleurs vecteurs de communication étant

les catalogues des centres de formation et les

informations des organismes professionnels.

© Shutterstock