Crise de l’élevage : VIVEA se mobilise et prendra en charge à 100% la formation des éleveurs

Vaches_laure_lagarge

Les éleveurs vivent une crise sans précédent et les évènements des derniers jours sont la révélation du malaise vécu depuis de nombreux mois.
Les organisations professionnelles agricoles sont aujourd’hui très mobilisées face à l’urgence de la situation et seront appelées dans les prochains jours à accompagner les éleveurs par l’écoute, la réflexion, le conseil, mais aussi par la formation, espace de réassurance et levier d’adaptation.
Dans ce contexte, Christiane LAMBERT, Présidente de VIVEA et son Conseil d’administration, souhaitent que VIVEA puisse mieux accompagner les éleveurs en production de viande bovine, porcine et en production laitière par une prise en charge totale de leur formation que ce soit dans le cadre de formation collective ou dans le cadre de formation individuelle. Convaincu que la formation et la prise de recul au sein d’un groupe permet une plus grande réflexion stratégique et une meilleure adaptation, VIVEA poursuit sa politique d’accompagnement ciblé aux secteurs fragilisés (producteurs de lait en 2009, producteurs de viande bovine en 2011, producteurs de fruits en 2012…).

Christiane Lambert :
« A compter du 1er août 2015, des fonds spécifiques seront débloqués pour les éleveurs que nous accompagnerons dans cette situation de crise sans précédent. La formation pourra être un levier pour revoir et adapter la stratégie de l’exploitation mais aussi pour retrouver confiance en ses compétences et en l’avenir. VIVEA est le fonds d’assurance de formation des chefs d’entreprises agricoles et à ce titre, il veut participer à l’effort de solidarité professionnelle et à la consolidation des exploitations. Une attention particulière et un accompagnement ciblé seront portés sur ceux qui connaissent de graves difficultés.
Les organismes de formation sont invités à proposer des offres de formation au plus près des besoins, selon les filières et les régions, en partenariat avec les acteurs locaux ».