Des formations à la biosécurité pour les éleveurs de lapins financées par VIVEA

paddock in a farm at daylight

La filière française du lapin, au second rang européen avec près d’un millier d’éleveurs professionnels et un volume de viande estimé à 54 000 tonnes, subit actuellement une crise sanitaire importante. La situation économique des exploitations cunicoles s’est aggravée notamment en raison de la recrudescence de la maladie virale hémorragique du lapin (VHD) due à un virus variant très contagieux apparu en 2010 et touchant les lapins dès le jeune âge.

L’interprofession du lapin s’est mobilisée pour sortir de cette crise à travers différentes mesures : surveillance et étude épidémiologique relatives à la VHD, rédaction et diffusion de fiches sur la biosécurité et d’un guide de bonnes pratiques d’hygiène auprès des éleveurs et des professionnels de la filière, mise en place d’un système d’alerte et renforcement des mesures de protection en cas de foyers infectieux, déploiement à large échelle de la vaccination contre la VHD si nécessaire, renforcement des règles de biosécurité…

La mise en place d’une formation sur la biosécurité dans les élevages est un levier important dans la maitrise de l’épizootie afin d’assurer la viabilité des exploitations. L’interprofession se mobilise pour qu’une majorité d’éleveurs se forment sur ce thème afin de limiter l’introduction, la circulation et la persistance de contaminants dans et autour de l’unité de production ainsi que leur diffusion vers d’autres sites de production.

Afin de garantir la qualité et l’homogénéité de l’offre de formation sur l’ensemble du territoire, VIVEA, en collaboration avec la Fédération nationale des groupements de producteurs de lapins (FENALAP), l’Institut technique des filières avicole, cunicole et piscicole (ITAVI) et la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV) a élaboré un cahier des charges national sur le thème de la « biosécurité dans les élevages de lapins ».

Les formations devront permettre de :

  • comprendre les caractéristiques de la VHD et du virus variant ;
  • acquérir les notions de bases d’un plan de biosécurité ;
  • savoir mettre en œuvre les bonnes pratiques d’hygiène ;
  • concevoir un plan d’action pour maitriser le risque de contamination. 

L’ambition est de former 800 éleveurs. Les formations seront prises en charge par VIVEA donc gratuites pour les éleveurs. Celles-ci devraient débuter au mois de novembre. L’inscription est possible en ligne sur www.vivea.fr et auprès des organismes de formation.

Contact presse : Cécile Ghiringhelli, responsable communication,
c.ghiringhelli@vivea.fr 01.56.33.29.01

Téléchargez le communiqué 

Crédit photo : 123RF-Isadora Plourde