Le bilan de compétences : pour quitter l’agriculture… Ou pas !

Clé%20Nouvelle%20vie%20-%20%20S_jpg

Dans une période de questionnement sur l’avenir de son exploitation, le bilan de compétences peut s’avérer très utile. C’est un moment privilégié qui permet de se poser, prendre du recul, et faire le point sur ses envies professionnelles et personnelles avec un prestataire qui accompagne le candidat dans le cheminement de ses pensées, sans jamais l’orienter ni le pousser à prendre une décision qu’il regretterait.

Le bilan de compétences est réparti en plusieurs séances de 2 à 3 heures d’entretiens. Il permet d’analyser ses compétences professionnelles et personnelles, ses aptitudes et ses motivations en appui d’un projet d’évolution professionnelle et, peut-être, de formation.

Lysiane Boudenne, conseillère en formation pour VIVEA, le Fonds d’Assurance formation des exploitant(e)s agricoles, s’étonne souvent du manque de confiance dont les
exploitan(e)s qui la contactent font preuve, lorsqu’ils veulent se renseigner sur la prise en charge financière. « Je n’ai jamais quitté ma ferme, je ne vaux rien sur le marché du travail », « J’élève des vaches depuis toute petite, je ne vois pas quel employeur je pourrais intéresser »… sont des propos qu’elle entend régulièrement.

« Je constate souvent, précise-t-elle, que les exploitants ressortent d’un bilan de compétences « reboostés », avec de nouveaux projets en tête, et un champ de vision sur leur avenir professionnel qui s’est élargi. Les candidats ne quittent pas forcément l’agriculture, loin de là, mais c’est une façon de découvrir une nouvelle activité conjointe, ou de rester sur son exploitation avec des idées innovantes à développer. Je trouve cette prestation extrêmement « énergisante » quand la prise de recul devient impossible face aux difficultés économiques de l’exploitation qui entraînent souvent des idées noires. Le bilan redonne confiance en soi, et démontre au candidat qu’il maîtrise bien plus de domaines qu’il ne le pensait ».

Ainsi, en 2018, VIVEA a financé une vingtaine de bilans de compétences en Hauts de France, pour des exploitants qui, lorsqu’on les interroge, n’ont que des paroles élogieuses : « Le bilan a été une vraie thérapie, qui m’a redonné confiance. Je tournais en rond depuis que je n’avais plus d’élevage. Finalement je suis resté sur la ferme, et conjointement je suis devenu expert en assurances », précise un agriculteur du boulonnais. Un autre exploitant dans la région d’Amiens relate que « c’est tellement bénéfique que l’on devrait en faire un tous les 10 ans. C’est une réelle prise de conscience de qui on est, pour quoi on est fait, pour savoir où on veut aller ». Près d’Arras, un exploitant qui souffre de sclérose en plaque se forme actuellement pour devenir agent immobilier.

Une partie des frais de formation peut également être pris en charge par VIVEA. A titre d’exemple, une agricultrice ayant suivi un bilan de compétences est actuellement en formation de conseillère en boutique bio. Une autre est entrée dans l’économie sociale et solidaire, une troisième est en formation de secrétaire médico-sociale.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter la conseillère VIVEA de Picardie, Lysiane BOUDENNE, au 06.75.66.49.18.

 

Publié le 04/06/2019