• Président-es des comités VIVEA

    Francine THERET
    Présidente du comité régional des Hauts de France

     Monsieur Guillaume SEGUIN
    Président du comité territorial de Picardie

    Lucie DELBARRE
    Présidente du comité territorial du Nord-Pas-de-Calais

     

     

     

     


  • Chiffres clés et rapports d’activité

    Picardie
    Chiffres clés 2018

    Femmes Hommes Total
    Nombre de contributeur-trices 4 783 11 338 16 121
    Nombre de bénéficiaires de formation 608 2 017 2 625
    Taux d’accès à la formation

    12,7 %

    17,8 % 16,3%
    Nombre de stagiaires 933 2 897 3 830
    Nombre d’heures/stagiaire financées 13 843 35 843 49 122

     

    Nord-Pas-de-Calais
    Chiffres clés 2018
    Femmes Hommes Total
    Nombre de contributeur-trices 4 923 12 431 17 354
    Nombre de bénéficiaires de formation 594 1 783 2 377
    Taux d’accès à la formation (bénéficiaires/contributeurs) 12,1 % 14,3 % 13,7 %
    Nombre de stagiaires 920 2 617 3 537
    Nombre d’heures/stagiaire financées 13 275 30 294 43 570
                   
  • Appels d'offres et Cahiers des Charges

    Appels d’offres cofinancés

    Titre   Extrait   PDF  Lieu  
    FEADER Nord Pas de Calais 2019/2020 -Volet 2020      Nord Pas-de-Calais  
    FEADER Nord Picardie 2019/2020 -Volet 2020      Picardie  
    FEADER Nord Picardie 2019/2020 -Volet 2019      Picardie  
    FEADER Nord Pas de Calais 2019/2020 -Volet 2019      Nord Pas-de-Calais  
    FEADER Nord Pas de Calais 2019      Nord Pas-de-Calais  
    FEADER Picardie 2019      Picardie  
    FEADER - Nord-Pas-de-Calais - 2018        

    CONSULTEZ L’APPEL D’OFFRES PERMANENT (AOP) DU COMITÉ EN CLIQUANT ICI

    Cahiers des charges VIVEA 

    Appels d’offres spécifiques – AOS

    Titre   Extrait   PDF  Lieu  
    Performance globale - Hauts de France - 2020      Hauts de France  
    Employeurs de compétences - Hauts de France - 2020      Hauts de France  
    Transmission - Hauts de France - 2020      Hauts de France  

     

  • Etudes et Projets
    Titre   Extrait   PDF  Lieu  
    Plan de développement de la formation Picardie 2018 - 2020      Picardie  
    Plan de développement de la formation Nord Pas-de-Calais 2018 - 2020      Nord Pas-de-Calais  

     

  • Nous contacter

    Délégation Nord-Ouest
    516 rue Saint Fuscien
    80000 AMIENS
    Tél. : 03 22 33 35 60
    Fax : 03 22 33 35 61

    Déléguée
    Marina RIGNY

    Assistante
    Katy ASTIER
    03.22.33.35.60

    Conseillère
    Lysiane BOUDENNE
    Départements 02 – 60 et 80
    06.75.66.49.18

    Conseiller
    Aurélien LABE
    Départements 59 et 62
    06.75.66.49.17

Notre actualité en région Hauts de France

LA SECURISATION DES EXPLOITATIONS EN HAUTS DE FRANCE

Sécurisation des exploitations

Début octobre, VIVEA a réuni à Amiens un groupe de travail constitué de prestataires de formation des Hauts de France, pour travailler sur la sécurisation des exploitations agricoles par la gestion des risques.

Les participants (Unéal, Noriap, Chambre d’agriculture, Elvea, centre de gestion Cerfrance, institut de Genech, MSA, Initiatives Paysannes) ont évoqué et comparé leurs visions de la gestion des risques, et la façon dont ils abordent le sujet avec les exploitant(e)s qu’ils côtoient tous les jours. Ils étaient accompagnés par un expert en gestion des risques, Luc Boucher, du Cabinet Decid&Risk.

Les constats réalisés :

  • La gestion des risques est souvent perçue comme une approche négative de la gestion globale d’une entreprise et l’on oublie souvent les opportunités qu’elle apporte ;
  • Il convient de parler de prévention et de sécurisation plutôt que de gestion des risques, assez mal perçue par un public parfois fataliste face aux épreuves du quotidien ;
  • Il est plus pertinent de proposer au public une sensibilisation plutôt qu’une offre directement orientée sur la gestion des risques ;
  • Evoquer la sérénité, comme certains contrats d’assurances le font, a également été souligné pour « positiver » l’approche du sujet.

De nouveaux risques sont désormais abordés en formation : risques incendies, risques climatiques, plus rarement risques chimiques… Même si la demande reste très forte sur la sécurisation des revenus, le risque psycho-social, l’organisation du travail, la manipulation des animaux, mais aussi la surcharge administrative à laquelle les exploitant(e)s doivent faire face.

Des organismes ont rappelé l’importance d’accompagner le chef d’exploitation en prenant en compte sa maturité dans la gestion de son entreprise : lors de l’installation, ou après 3 ou 4 ans de gestion, les risques ne seront pas appréhendés de la même façon. Une identification précise des besoins est donc nécessaire inciter les chefs d’exploitation à se former sur ce thème. L’élaboration obligatoire du Document Unique d’Evaluation des Risques peut également être une occasion de proposer aux participants une action complémentaire sur un ou plusieurs risques identifiés.

A l’issue de cette réunion, les partenaires ont retenu quelques axes sur lesquels ils vont travailler dans les semaines à venir : « Comment donner l’envie de venir en formation », « le vocabulaire lié aux risques », « les nouveaux outils de communication »… Ils se réuniront de nouveau fin novembre pour avancer ensemble sur le sujet, et coconstruire une offre de formation qui permettra aux exploitant(e)s d’aborder la gestion des risques de manière plus préventive et plus sécurisante.

Lysiane BOUDENNE

Publié le 11/10/2019



Partager sur les réseaux sociaux :
Par Mail :

Partager par email





REUNION ANNUELLE DES ORGANISMES DE FORMATION HAUTS DE FRANCE

Réunion OF


Partager sur les réseaux sociaux :
Par Mail :

Partager par email





Retrouvez le nouveau rapport d'activité 2018 Hauts de France

nouveau rapport hauts de france 2018
  • EDITO
  • ORGANISATION
  • LES DEMANDES INDIVIDUELLES
  • TRANSMISSION EN HAUTS DE FRANCE
  • GESTION HUMAINE
  • FORMATION MIXTE DIGITALE
  • CHIFFRES CLES

Vous trouverez ci-après le lien : ici

Publié le 22/07/2019



Partager sur les réseaux sociaux :
Par Mail :

Partager par email





Le bilan de compétences : pour quitter l’agriculture… Ou pas !

Clé%20Nouvelle%20vie%20-%20%20S_jpg

Dans une période de questionnement sur l’avenir de son exploitation, le bilan de compétences peut s’avérer très utile. C’est un moment privilégié qui permet de se poser, prendre du recul, et faire le point sur ses envies professionnelles et personnelles avec un prestataire qui accompagne le candidat dans le cheminement de ses pensées, sans jamais l’orienter ni le pousser à prendre une décision qu’il regretterait.

Le bilan de compétences est réparti en plusieurs séances de 2 à 3 heures d’entretiens. Il permet d’analyser ses compétences professionnelles et personnelles, ses aptitudes et ses motivations en appui d’un projet d’évolution professionnelle et, peut-être, de formation.

Lysiane Boudenne, conseillère en formation pour VIVEA, le Fonds d’Assurance formation des exploitant(e)s agricoles, s’étonne souvent du manque de confiance dont les
exploitan(e)s qui la contactent font preuve, lorsqu’ils veulent se renseigner sur la prise en charge financière. « Je n’ai jamais quitté ma ferme, je ne vaux rien sur le marché du travail », « J’élève des vaches depuis toute petite, je ne vois pas quel employeur je pourrais intéresser »… sont des propos qu’elle entend régulièrement.

« Je constate souvent, précise-t-elle, que les exploitants ressortent d’un bilan de compétences « reboostés », avec de nouveaux projets en tête, et un champ de vision sur leur avenir professionnel qui s’est élargi. Les candidats ne quittent pas forcément l’agriculture, loin de là, mais c’est une façon de découvrir une nouvelle activité conjointe, ou de rester sur son exploitation avec des idées innovantes à développer. Je trouve cette prestation extrêmement « énergisante » quand la prise de recul devient impossible face aux difficultés économiques de l’exploitation qui entraînent souvent des idées noires. Le bilan redonne confiance en soi, et démontre au candidat qu’il maîtrise bien plus de domaines qu’il ne le pensait ».

Ainsi, en 2018, VIVEA a financé une vingtaine de bilans de compétences en Hauts de France, pour des exploitants qui, lorsqu’on les interroge, n’ont que des paroles élogieuses : « Le bilan a été une vraie thérapie, qui m’a redonné confiance. Je tournais en rond depuis que je n’avais plus d’élevage. Finalement je suis resté sur la ferme, et conjointement je suis devenu expert en assurances », précise un agriculteur du boulonnais. Un autre exploitant dans la région d’Amiens relate que « c’est tellement bénéfique que l’on devrait en faire un tous les 10 ans. C’est une réelle prise de conscience de qui on est, pour quoi on est fait, pour savoir où on veut aller ». Près d’Arras, un exploitant qui souffre de sclérose en plaque se forme actuellement pour devenir agent immobilier.

Une partie des frais de formation peut également être pris en charge par VIVEA. A titre d’exemple, une agricultrice ayant suivi un bilan de compétences est actuellement en formation de conseillère en boutique bio. Une autre est entrée dans l’économie sociale et solidaire, une troisième est en formation de secrétaire médico-sociale.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter la conseillère VIVEA de Picardie, Lysiane BOUDENNE, au 06.75.66.49.18.

 

Publié le 04/06/2019



Partager sur les réseaux sociaux :
Par Mail :

Partager par email







Partager sur les réseaux sociaux :
Par Mail :

Partager par email