VIVEA EN GUADELOUPE : BILAN D'UNE ANNÉE DE FORMATION ET PERSPECTIVES

photo article réunion Guadeloupe 3

Le 16 mai dernier, le comité VIVEA de Guadeloupe a réaffirmé le rôle stratégique de la formation pour relever les défis qui s’offrent aux chefs d’exploitation agricole. Il s’est donné deux ans pour faire mieux connaître aux agriculteurs-trices guadeloupéens leur droit à la formation.

En 2016, VIVEA a financé en Guadeloupe 6000 heures stagiaire pour 111 000 € et 53 formations. 340 agriculteurs et agricultrices se sont ainsi formés dans l’année, ce qui représente environ 5% des contributeurs de VIVEA. Ce taux d’accès, en forte baisse, est par ailleurs très inférieur à la moyenne nationale (17% des contributeurs de VIVEA se sont formés en 2016 en France). Bilan donc mitigé puisque le comité régional aurait souhaité engager l’intégralité de l’enveloppe dont il disposait en 2016, ce qui n’a pas été le cas.

37% des heures stagiaires en 2016 ont concerné des formations Certiphyto. Les formations aux techniques de production végétale et animales (18%) arrivent en seconde position puis les formations liées à l’informatique (12%) et à la comptabilité (11%).

La formation, un outil au service des exploitants et des exploitations agricoles

Selon Maxette GRISONI, Présidente du comité VIVEA Guadeloupe, "le principal objectif du comité est d’assurer la  promotion et l’amplification de l’offre de formation. Celle-ci doit prendre en compte les spécificités de l’archipel et accompagner chaque agriculteur et chaque agricultrice dans le développement de ses compétences, qu’elles soient techniques, économiques, humaines, ou encore environnementales. Nous voulons convaincre nos contributeurs et nos partenaires que la  formation est un réel investissement au service du développement de nos exploitations agricoles".

Une opportunité à saisir

Avec une enveloppe qui permet d’engager près de 600 000 € pour 2017, la Guadeloupe dispose de réelles opportunités pour accompagner les projets des 6500 exploitants agricoles de Guadeloupe. Il ne reste, individuellement et collectivement, qu’à s’en saisir !

Delphine CUVILLIER, Conseillère VIVEA en Guadeloupe

27/07/2017